Changement de calcul des APL en 2020

Qu’est-ce que sont les APL ?

Selon le site institutionnel service-public.fr, « l’aide personnalisée au logement (APL) est une aide financière destinée à réduire le montant de votre loyer, mensualité d’emprunt ou redevance (si vous résidez en foyer). Elle est versée en raison de la situation de votre logement et ce, quelle que soit votre situation familiale : célibataire, marié, avec ou sans personne à charge. Les conditions d’attribution diffèrent selon que vous êtes en location, que vous accédez à la propriété ou que vous résidez en foyer. »

Le gouvernement veut faire des économie.

A partir du mois d’avril 2019, le gouvernement français envisageais déjà d’économiser 100 millions d’euros. Dans ce contexte, il prévoyait de réduire de façon importante la part du budget consacré au APL. C’est ainsi, qu’une baisse de cinq euros des APL a été organisée en 2017, générant une économie de 325 millions d’euros.

En 2019, il est prévu que les APL soit également supprimée pour les accédants à la propriété. Tandis qu’en 2020, le montant des APL versé aux seuls locataires HLM devrait être revu à la baisse, avec prise en charge par les bailleurs sociaux.

Enfin, le mode même de calcul des aides au logement devrait être modifié en début d’année 2020. Avec cette réforme, le Ministère des finances publiques espère économiser entre 900 millions et un peu plus d’un milliard d’euros.

Les changements notables

Actuellement, les APL sont calculés sur la base des revenus d’il y a deux ans. Or, après la réforme de 2020, ils devraient être calculés sur les revenus de l’année en cours, avec une actualisation qui devraient intervenir chaque trimestre.

Ensuite, alors que les APL sont généralement revalorisées tous les 1er octobre, en fonction de l’indice de référence des loyers (IRL), le gouvernement a plafonné la hausse à 0.3%, en application de la loi de finances 2018.

Conséquences

Sur les quelques 3 millions de personnes qui bénéficient de l’APL, plus d’un millions d’entre elles devraient voir le montant qui leur est alloué baisser d’environ 80 euros par mois. En outre, les étudiants devraient eux aussi pâtir des effets de cette loi. Certains bénéficiaires actuels pourraient se retrouver fragilisés, alors que les loyers continuent d’augmenter.

Malgré les inquiétudes que génère cette réforme, le Ministre du logement Julien Denormandie estime qu’il s’agit d’une mesure « juste, équitable et logique ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *